Journal de bord d'une stagiaire - Ep6

Sandra Pereira Costa est la toute première apprentie à effectuer un stage de mobilité internationale avec le CFA Sport Occitanie. Pendant 3 mois, elle sera en stage au Maroc, pour vivre une expèrience nouvelle, dans les métiers du Sport et de l'Animation, pilotée par le CFA et financée par la Région Occitanie. A travers son "Journal de bord d'une stagiaire", partez à la découverte de notre programme Mobilité Internationale.

 

 

Episode 6 : Bonne année 2020 ! 
Un début d'année synonyme de bien-être

Après une semaine riche en retrouvailles auprès de mes proches au Portugal, j’emporte avec moi un petit souvenir au Maroc : un beau rhume qui ressemble à un début de grippe.

Je reprends difficilement à la Fédération lundi, j’ai de la fièvre, je tousse, j’éternue… bref cas classique de fin d’année avec changement de climat et de pays. Je me soigne au mieux avec les remèdes de « grand-mère » et le lendemain je me sens beaucoup mieux. Ça tombe bien car passer un dernier jour de l’année clouée au lit ce n’est jamais marrant.

Au siège des fédérations, on ressent une accalmie. Beaucoup de personnes sont parties en congés. C’est agréable de trouver du calme pour travailler.

Cette semaine c’est le retour en terre marocaine et ça me fais plaisir de revoir tous mes collègues qui s’empressent de me demander comment s’est passé Noël pour moi. Je leur partage un peu mes vacances auprès des miens et leur décrit les paysages montagneux de ma région du Minho. Comme ça, ils peuvent un peu voyager avec mes descriptions et les photos que je leur montre.

   

Je m’entretiens aussi avec le président de la FRMSPH au sujet de ma visite sur Porto de l’entreprise « Tutti per tutti ». J’ai rencontré Paulo et Carlos, deux associés qui participent activement à la fabrication du matériel de Boccia et qui sont impliqués dans cette discipline paralympique. De superbes rencontres ! Ils m’ont fait visiter l’entrepôt et j’ai pu voir le processus de fabrication et d’assemblage des kits de jeu de Boccia. Ce travail méticuleux demande un réel savoir-faire traditionnel. Ils m’ont accueilli chaleureusement et j’ai pu discuter avec eux sur un futur partenariat entre le Portugal et le Maroc, qui devrait voir le jour (je l’espère vivement).

   

 

Le dernier jour de l’année vient se clôturer agréablement à la Fédération, tout le monde travaille dans la bonne humeur ! Il s’agit de mon tout premier réveillon au Maroc. Au programme, j’ai prévu de participer au cours de kick-boxing, le dernier de cette année 2019 et je ne suis pas déçue. Zakaria et un autre entraîneur ont prévu un cours spécial de deux heures ! De longs enchaînements techniques, des sparrings et des petits défis par groupe sur un circuit type « CrossFit ». C’est dans l’enthousiasme que tout le monde se donne à fond et s’entraide.

Cet entraînement énergique m’a ouvert l’appétit et je suis allée dîner avec des potes de la salle de gym puis nous avons continué à réveillonner dans un pub très sympa qu’ils connaissaient. Je n’avais rien prévu pour ce changement d’année et il faut dire que les choses non programmées sont souvent les meilleures. J’ai retrouvé une ambiance à l’africaine, avec de la musique entraînante et beaucoup de joie. Puis, il faut préciser que « Rabat by night » je ne connaissais pas, j’ai d’autant plus apprécié cette découverte.

 

   

Le lendemain fût synonyme de repos la matinée et balade improvisée l’après-midi. J’ai marché une quinzaine de kilomètres ce 1er Janvier 2020.

Je suis sortie de chez moi sans savoir exactement ce que j’allais faire. Je savais juste que le soleil était rayonnant et je me suis rendue à l’arrêt de tram. En regardant le plan des différentes stations, j’ai bloqué sur une en particulier : Place Al Joulane qui se situe dans le quartier Hassan. Se trouve à une vingtaine de minutes de cette place la Nécropole de Chellah.

J’en ai entendu parler et ça fait un petit moment que je souhaite m’y rendre. Aujourd’hui est donc le jour idéal pour faire un peu de tourisme. Les rues sont calmes, peu de trafic sur les routes, c’est un réel plaisir de faire un peu de marche. Arrivée à l’arrêt Al Joulane, je trouve face à moi l’immense Cathédrale Saint-Pierre. Malheureusement, je ne peux pas visiter son intérieur car elle est fermée, j’y reviendrais à un autre moment. J’ai poursuivis alors ma route en direction de la nécropole de Chellah.

Sur mon trajet, j’ai vu des fresques de street art sur des façades d’immeubles. Ici aussi on sent la modernité que l’on retrouve dans plusieurs villes en France, un mouvement graphique qui tend à « rhabiller » de vieilles façades.

 

 

J’arrive enfin devant la porte principale et me voilà face à Chellah. A peine rentrée dans la nécropole, je me laisse facilement transportée par le calme et la tranquillité de ce site historique, témoin de 2000 ans d’histoire rabataise.

Je contemple la beauté de ces ruines riches en légendes. On sent une réelle quiétude, peut-être que cela est dû au fait que le site longe les marais du Bouregreg (fleuve marocain qui se jette dans l’océan Atlantique entre Salé au Nord et Rabat au Sud).

Ce qui m’a énormément marqué est la quantité de cigognes présentes sur le site. On peut y apercevoir de nombreux nids et on entend les claquements de becs des oiseaux.

Un lieu paisible, idéal pour débuter une nouvelle année en douceur…

 

 

Rien de mieux en ce premier jour de Janvier que de cuisiner un peu ! J’achète diverses viandes à la boucherie et le monsieur âgé qui tient le commerce me raconte son arrivée à Rabat, comment il s’est développé ici… Un vrai passionné par son travail !

En rentrant, je me lance dans la préparation de mon tout premier tajine. Je fais griller des petites courgettes, je prépare des boulettes de viande hachée que je mélange à des oignons et épices, j’assaisonne mes morceaux de poulet en citronnade. Je laisse mijoter tranquillement chaque préparation et je joins le tout dans mon plat à tajine de terre cuite que je fais réchauffer. C’est prêt ! Je me régale avec ce délicieux festin, je suis fière de moi pour cette première recette improvisée. 

   

 

Les deux journées suivantes à la fédération sont passées très vite, j’ai commencé à rédiger mon rapport de stage en triant toutes les informations que j’ai récolté depuis le début de mon arrivée. Je me rends compte que le temps vole, déjà plus d’un mois et demi que je suis là !

Le vendredi midi c’est avec joie que je mange le couscous traditionnel à la cafétéria du Ministère des Sports. Plus d’une semaine sans couscous c’est long ; il faut dire que l’on y prend vite goût.

   

Le weekend arrivant, je n’ai pas travaillé. J’ai pu établir mon propre programme de préparation physique pour l’année 2020. Le bien-être dans lequel je me trouve suite à cette reprise régulière du sport me motive pour poursuivre dans la durée. Par ailleurs, j’acquiers aussi de l’expérience pour mon retour en France, j’aurai de nouveaux contenus à proposer aux adhérents du club et cela est un plus.

Samedi, je me suis baladée le long de la Marina Bouregreg et cette promenade agréable m’a conduite jusqu’aux Oudaïas puis à un de mes spots préférés, dans le quartier de l’Océan où j’ai vu un resplendissant coucher de soleil. Je me suis amusée à prendre plusieurs photos à des moments différents pour observer les divers coloris du ciel.

 

 

Dimanche, la journée était radieuse. J’ai passé une nuit reposante et je suis allée courir le matin. L’après-midi j’ai retrouvé Yasmine et nous sommes allées surfer à Rabat, proche des Oudaïas.

Première baignade de l’année en Océan Atlantique et en plus, au Maroc !

Après plus d’une heure à tenter de prendre des vagues, nous avons beaucoup ri car en tant que débutantes, ce sont les vagues qui ont surtout pris le dessus sur nous. En tout cas, cette immersion en eau salée m’a purifié le corps et revivifié l’esprit.

La fatigue et l’appétit nous faisant signe, nous sommes sorties de l’eau pour manger dans un restaurant de spécialités de poissons. C’est bien connu : « Après l’effort, le réconfort ! ».

 

 

 

Episodes précédents

1. Premiers pas en Terre marocaine

2. La vie : des hauts et des bas

3. Les semaines se suivent et ne se ressemblent pas

4. Un mois est déjà passé

5. Un début d'année synonyme de bien-être